Photos

Audio

Vidéo

Objets

Gri-HTC: Groupe de Recherches Interdisciplinaires - Hommes, Territoire et Cultures

Dans le but de remplir pleinement ses fonctions fondamentales, le Centre culturel et Musée de la Vallée du Logone à Yagoua/Extrême-Nord Cameroun, développe un ambitieux programme de recherche interdisciplinaire autour des Hommes, du territoire et des cultures.

Apres avoir animé avec grand succès en décembre 2015 le tout premier colloque international scientifique sur la thématique, « Patrimoines et cultures dans la vallée du Logone », la résolution prise sur l’accentuation des manifestations à caractère scientifique. Cette initiative s’est concrétisée par l’atelier scientifique, méthodologique et d’orientation universitaire dont l’animation des débats à débouché sur la mise en œuvre d’un groupe de recherche interdisciplinaire. L’urgence étant l’absence d’une plateforme extra-universitaire dans le paysage scientifique de la région, l’idée de fédérer, d’orienter, d’impulser, d’accompagner, d’encadrer et de promouvoir les travaux scientifiques des chercheurs juniors et seniors ; s’exprimerait mieux au sein d’une équipe interdisciplinaire.

Le Groupe de Recherche Interdisciplinaire « Hommes, Territoire et Cultures » (Gri-HTC) s’inscrit au sein du musée de la vallée du Logone comme un laboratoire de recherche en exécution aux  missions du département de la recherche  scientifique. S’appuyant sur les partenariats, noués et en cours avec les institutions universitaires locales, nationales et internationales, le Gri-HTC se présente comme  un lieu de coordination, de référence et d’accueil scientifique des recherches intéressés par les questions lié aux homme, au territoire et aux cultures ; prioritairement de la vallée du Logone sous une approche interdisciplinaire. La mise en ligne d’une revue scientifique en ligne est l’idéal de cette initiative dont la finalité est la diffusion du savoir par la vulgarisation des recherches développées au sein du groupe à travers des articles scientifiques rigoureux.

Le Gri-HTC se fixe pour objectif de :

  • contribuer à la reconnaissance scientifique de la vallée du Logone et à l’extension géographique de ces recherches dans le bassin du lac-Tchad ;
  • donner, à la faveur de diverses actions de soutien, une visibilité internationale aux recherches menées dans ce domaine
  • favoriser l’émergence de nouvelles formes de collaboration scientifique, y compris avec des partenaires étrangers
  • encourager les recherches interdisciplinaires ou transversales à périmètres multiples, à l’intérieur des Sciences Humaines et Sociales ; mais aussi entre les Sciences Connexes et les autres domaines scientifiques.

Axes de recherches

Les recherches qui incluent les thématiques liées aux Hommes, au territoire et aux cultures de la vallée du Logone sont fondamentalement indissociables de leur forte dimension interdisciplinaire. Dans un contexte de convergence des disciplines scientifique autour des problématiques liés au développement humain, le modèle logique, méthodologique, interprétatif interdisciplinaire convergent vers une collaboration multiforme : les sciences du patrimoine, les sciences humaines et sociales, les sciences juridiques, les sciences économiques les sciences fondamentale. Le tout de cette collaboration s’inscrit dans une logique transversale, où les thématiques abordées au sein du Gri-HTC s’expriment d’équivalence, de complémentarité et l’interdépendance des disciplines. On y retrouve l’archéologie, la muséologie, l’archivistique, l’histoire, la géographie, l’anthropologie, la sociologie, la philosophie, l’économie, la littérature, la linguistique, le droit, la botanique, la biologie, les mathématiques, les physiques, la chimie, la géologie…

            Si l’étendu du champ disciplinaire est vaste, nous les orientons vers des axes thématiques prioritaires, et qui seront développés progressivement en fonction de l’urgence et de la disponibilité des ressources et des compétences au sein du Groupe.

            Voici les axes qui seront développés par priorité ponctuelle et contextuelle :

  • Axe 1 : Patrimoine et Terroirs ;
  • Axe 2 : Epistémologie, méthodologie et vulgarisation des techniques et savoirs ;
  • Axe 3 : Dynamiques humaines et développement culturel ;
  • Axe 4 : Politique et sociétés.

L’amorce de cette initiative qui est progressive, se focalisera pour les deux premières années sur la première thématique. L’axe « Patrimoine et Terroirs », s’inscrit dans la logique des recherches collaboratives autour des notions de « patrimoine et de terroirs ». Elles s’inscrivent dans la logique du débat actuel sur la gestion des patrimoines, des savoirs, des techniques, de l’identité et des programmes de développement.

Le patrimoine connaît une évolution constante dans sa définition. Depuis 1972, date à laquelle l’article 1 de la Convention du Patrimoine adoptée par les membres de l’UNESCO, avait défini le patrimoine culturel comme : « des monuments (œuvres architecturales, sculpturales, picturales), des ensembles urbanistiques et des sites archéologiques ou sacrés qui ont une valeur du point de vue historique, artistique », cette notion a considérablement évolué afin d’intégrer tous les autres aspects de l’héritage culturel mondial. Il a ainsi cessé d’être exclusivement culturel et matériel pour devenir également naturel et immatériel. De ce fait, le patrimoine se rapporte désormais à tout objet ou ensemble, naturel ou culturel, matériel ou immatériel, qu’une collectivité reconnaît pour ses valeurs de témoignage et de mémoire historique et en faisant ressortir la nécessité de le protéger, de le conserver, de se l’approprier, de le mettre en valeur et de le transmettre. En référence aux déclarations et aux chartes portant sur le patrimoine, on peut retenir ce qui suit à propos de sa définition et de son contenu car le définir ou le caractériser  en un mot n’est pas évident.

Le patrimoine est une source de l’histoire. C’est aussi important un marqueur identitaire. De ce fait, il constitue un important outil de développement aux mains des hommes politiques, à condition que ceux-ci soient disposés à comprendre le long processus de la mise en place des ethnies, de la construction des identités culturelles et de la formation de la nation. Cette compréhension est d’autant rendu possible par l’accompagnement de la communauté scientifique qui démêle les problématiques prioritaires de leur application. Une exploitation rationnelle du patrimoine leur donnerait quelques moyens pour consolider l’État et expurger au mieux les conflits ethniques d’un autre âge qui fragilisent la cohésion sociale et entravent l’intégration nationale. Exploré dans une large perspective historique et en s’appuyant sur des éléments comme le relief, le climat, la flore, la faune, la toponymie, les migrations, les guerres, la religion, le commerce, le droit, les langues, les échanges, la géopolitique etc., le patrimoine naturel et culturel – d’où le titre du travail au pluriel « patrimoines » - permet de comprendre pourquoi les populations installées dans un même pays ont des traditions diverses, pourquoi certains groupes se coalisent et « s’intègrent » pendant que d’autres se rejettent mutuellement des préjugés et se « repoussent ».

Ici se trouve tout le sens du Gri-HTC. L’initiative de cette collaboration interdisciplinaire prend en compte toutes les compétences scientifiques, dont les ramifications tentent de converger vers les problématiques liées aux politiques locales, nationales et internationales en termes de gestion du patrimoine. Il  vise à explorer des nouveaux champs scientifiques et principalement, celui des sciences du patrimoine.

Les « Sciences du patrimoine » constituent la base épistémologique et méthodologique de cet axe de recherche. De plus en plus en vogue, les sciences du patrimoine – “héritage sciences” ; pris sous sa forme anglo-saxonne plus expressive - , sont un domaine de recherche interdisciplinaire couvrant les sciences humaines et les sciences fondamentales. Elles se concentrent sur l'amélioration de la compréhension, de la prise en charge, de l'utilisation et de la gestion du patrimoine culturel, à la fois matériel et immatériel, afin qu'il puisse enrichir la vie des hommes, aujourd'hui comme dans le futur (ICCROM).

Bénéficiaires

Les activités menées par le Gri-HTC sont portées principalement à l’endroit des étudiants et de toute la communauté scientifique. Les principaux bénéficiaires sont les décideurs locaux, les pouvoir publiques, les institutions nationales et internationales dont les missions rejoignent les objectifs du Gri-HTC.

Partenaires

Le fonctionnement du Gri-HTC est basé sur une approche collaborative,  un partage d’expériences fructueuses entre chercheurs du monde universitaire, chercheurs des institutions spécialisés et chercheurs indépendants. Les activités jusqu’ici réalisées par le Centre Culturel et Musée de la Vallée du Logone - Gri-HTC ; ont bénéficié de la contribution scientifique des universitaires rattaché à  l’Université de Maroua, l’Université de Ngaoundéré, l’Université de Yaoundé I, l’Université de Ndjamena, l’Université de Dschang et d’autres universités internationales. Les démarches en cours en vue de matérialiser une coopération de principe  avec l’Université de Maroua au Cameroun se poursuivront avec d’autres institutions locales, régionales et internationales.

Calendrier

Les activités scientifiques que nous comptons effectué pour premières années probatoires s’étaleront sur trois années. Après les ateliers scientifiques tenus du 24 au 26 octobre 2018, nous poursuivrons la dynamique avec des activités similaire chaque année. Nous prévoyons dans les brefs délais la publier le premier numéro de revue scientifique du Gri-HTC ;  sur une thématique en rapport aux questions liées au « Patrimoine et Terroirs ».  Enfin, nous organiserons un colloque scientifique pour les années avenir.

Comité directeur

Melis Antonino ; Directeur du Centre Culturel et Musée de la Vallée du Logone, Dr en ethnolinguistique et spécialiste des langues africaine du groupe tchadique.

Nizésété Denis Bienvenu : Maitres de conférences en Archéologie et Histoire, Université de Ngaoundéré

Mahamat Abba Ousman : Directeur Adjoint du Musée National de Yaoundé et Chargé de cours en Histoire culturel et du patrimoine au département des Sciences Historiques, Archéologiques et Patrimoine à l’Université de Maroua

Tchana Heumen Hugues: Chargé de cours en muséologie au département des Sciences Historiques, Archéologiques et Patrimoine à l’Université de Maroua

Hassimi Sambo : Chargé de cours en archéologie au département d’Art et dArchéologie de l’Université de Yaoundé I.

Ousmanou Virina : Chargé de cours en linguistique à l’Université de Yaoundé I.

Sakafoulsou Danga André le Roi : Secrétaire exécutif du Gri-HTC-Centre Culturel et musée de la vallée du Logone, Doctorant en Géoarchéologie. 

 

Conseil scientifique

Le conseil scientifique du Gri-HTC est composé du comité directeur et des représentants des institutions partenaires. Ils sont désignés par fonction de leur spécialité et orientent les activités scientifiques des axes de recherches sous proposition du comité directeur. Il à la charge d’organiser les animations scientifiques et coordonne les publications.

Pour l’axe patrimoine et terroir – seul axe fonctionnel pour les années 2018-20216-, le conseil scientifique se compose comme suit :

 

Directeur scientifique

Pr. Nizésété Denis Bienvenu 

 

Directeurs Techniques :

Dr. Melis Antonino 

 

Membres :

Dr. Mahamat Abba Ousman

Dr. Tchana Heumen Hugues

Dr. Hassimi Sambo 

Dr. Ousmanou Virina 

Dr. Foulla Damna Apollinaire

Mouadjamou Ahmadou

Ing. Sakafoulsou Danga André le Roi 

 

L’équipe

L’équipe du Gri-HTC composé du comité Directeur, du conseil scientifique des étudiants et chercheurs affilié.

Direction

Nizésté Denis Bienvenu Denis, Directeur scientifique

Melis Antonino, Directeur technique

Mahamat Abba Ousman: Directeur adjoint

 

 Administration

Sakafoulsou Danga André le Roi : Secrétaire général

Assang Anni François Louis : Secrétaire adjoint

Koukna Daniel : Chargé de mission

 

Membres affiliés

Aïssa Gollo Odette Joséphine, master II en histoire

Baïssana Talba, doctorant en littérature anglaise

BAYANG LIFNA Daniel, Doctorant en Géographie

Biena Joseph, doctorant en géographie

Bongha’a Kidjock Gaelle Rollande, Master II en Histoire

Dzieusseute Gabin, Doctorant en archéologie

Dzieusseuteu Kevin, Master II en histoire

Fetembia ELVE, Doctorant

Founaboui Mamaï, Doctorant en Géographie

Icheté Koskossaï Albertine, Master II en archéologie

Kakam Mathieu, Doctorant en histoire des civilisations et religions

Maidikawa Sereine, Doctorante en Droit

Marouf Guendi, master II en Sciences de l’éducation

Mitanka Bada Gervais, Master II en Histoire Culturelle

Megang Ariane, Master en Histoire

Namaïssou Ira Falaïna, Doctorantr en Droit Privé

Nizésété Talla Tchefindem Clio, Master II en Histoire

Sadjo Jacques, Doctorant

Safaïssou Reina Paul, Master en relations internationales

Saïdou Abdou, Doctorant en histoire et archéologie

Sakinatou Samira, doctorante en Tourisme

Tassibo Mangué George Eric, Master II en archéologie

Tchamoulta Sophie, master II en histoire

Tibaya Bertrand, doctorante en Tourisme

Tiimo Bila Lamou, Doctorant en Théories et Pluralismes Juridiques 

Toussoumna Eric, doctorant en géographie

Veundeu Kwava Sylvain Fils, Master II en Histoire

Viya Essai, Master II en histoire

Yaksadi Paul, doctorant

Zenab Oumaroua, Master II en histoire

Imprimer